«L'attrait des vieilles pierres»

Autour du Mont-Ventoux, la région est très prisée par une forte clientèle helvétique. Entre Avignon, Vaison-la-Romaine, l'lsle-sur-la Sorgue, les professionnels de l'immobilier offrent une riche palette pour les passionnés des vieilles pierres. C'est le charme de la Provence qui opère.

La séduction fascinante de la Provence joue sur tous les tableaux.
Grâce à un mélange unique entre la beauté des sites, le caractère des habitants... et bien sûr le climat, c'est l'expression d'un véritable art de vivre qui trouve dans cette région toute sa plénitude. 

Le dépaysement joue totalement, surtout pour celles et ceux qui rêvent d'acquérir un bien immobilier. C'est l'occasion pour certains de s'intégrer à une autre forme de vie, moins stéréotypée et plus conviviale, que celle qu'ils connaissent chez eux.

L'attrait des vieilles pierres est devenu depuis quelques années un vrai phénomène de mode. Mais au-delà c'est tout un art de vivre. Région adorée des Suisses

De la bergerie du plateau de Sault perdue au cœur d'un champ de lavandes à la Bastide du XVIIe siècle ou à l'ancienne ferme provençale en passant par les propriétés agricoles ou viticoles, les demeures proposées autour de la région du Mont Ventoux ont toutes en commun le fait d'être en parfaite harmonie avec le paysage et la région. Un atout qui fait d'ailleurs venir la clientèle helvétique. 

La région des abords du Mont-Ventoux et le Cômtat Venaissin développent, depuis de nombreuses années, leur caractère touristique. Il s'avère que les nouveaux résidents sont souvent des gens qui désirent une résidence secondaire, afin d'y venir durant leurs vacances, principalement en période estivale. 
Pourtant, un nouveau type de propriétaires fait son apparition: ceux qui viennent prendre une retraite, très précoce quelques fois.

A l'écoute de la clientèle

Mais il y a aussi ceux qui ont la  possibilité de travailler, depuis leur domicile provençal, grâce aux nouvelles techniques informatiques et/ou à un travail adapté. Selon Hervé Bouverat, c'est encore une clientèle marginale, mais elle devrait se développer. Enfin, selon Marie-Madeleine Nelson, propriétaire de l'agence immobilière «Un mas en Provence» à Gordes «les clients acquièrent souvent une résidence secondaire avec l'intention de l'habiter à l'année dès qu'ils seront à la retraite». Tous ces professionnels de l'immobilier expliquent leur volonté d'être à l'écoute, afin d'offrir à leur clientèle la maison, le mas ou la bastide correspondant à leurs rêves. Une gageure nécessaire pour ceux qui désirent se mettre au diapason du charme provençal

Paul Margerie
Le journal de l’immobilier 1997